Que tout s'affaisse!

by Madame La Marquise

/
  • Streaming + Download

    Includes high-quality download in MP3, FLAC and more. Paying supporters also get unlimited streaming via the free Bandcamp app.
    Purchasable with gift card

      name your price

     

1.
UN CORPS RATE Ça y est, ça clignote dans le couloir Les condamnés aux portes, retournez vous asseoir ! Dans le cockpit on entasse les prières On cède à la panique a bord du zingue en fer Depuis ma fenêtre je vois que le héros plane J’ai la mort qui en jette après ma vie si plate Plus que quelques mètres, il est à mon étage Cette fois-ci c’est la bonne Bang bang bang ! Encore raté Bang bang bang ! Comme j’ai joué, j’ai chouré Le destin des voisins, l’immeuble d’à coté Bang bang bang ! Bang bang bang ! C’est jamais sur moi que ça tombe Ca y est ça vacille dans ma mémoire Opaques souvenirs des racines de l’histoire Tes traits si lisses soulignés au vingt heures Des semaines à te suivre et à battre mon cœur Afin qu’il ne s’emballe quand tu te paieras ma tête De ma patience en mal, sache que déjà je regrette Dans mon canon les balles, ma fierté sur la gâchette Cette fois-ci c’est la bonne Bang bang bang ! Encore raté Bang bang bang ! Comme j’ai joué, j’échouerai Le destin des perdants, c’est ma main qui a tremblé Bang bang bang ! Bang bang bang ! C’est jamais sur moi que ça tombe
2.
C’est au matin du premier jour Tu sens ce souffle qui t’enveloppe Qui court et passe à toutes les portes Qui te transporte comme aimanté Hasta la polla que ya se ve Qui a pu tracer ce parcours ? Tu vois, le programme est à jour Traverse la vaillante, la brave, La cité déjà à l’ouvrage Serrés dans le sas, coude à coude Prendre sa place, coûte que coûte Que dit la voix au pied de la tour ? La loi sera la même pour tous, le discours Au pied de la tour La même ligne de parcours vous conduit tous Au pied de la tour La loi est la même pour tous ceux qui mendient Au pied de la tour La loi est la même pour tous ceux qui pointent Au pied de la tour L’appel si froid sonne même les sourds Le muezzin a changé d’air Aujourd’hui on est déjà hier La pause hélas n’est pas permise Qui nous surveille, qui nous vise ? Qui nous punit du haut de la tour ? Qui donc ampute mon amour ? Qui dématérialise mes sens ? Et met ce qu’il reste en concurrence Le seul dessein : rester en tête Le temps qui passe est obsolète Que dit la voix au pied de la tour ? La loi sera la même pour tous, le discours Au pied de la tour La même ligne de parcours vous conduit tous Au pied de la tour La loi est la même pour tous ceux qui mendient Au pied de la tour La loi est la même pour tous ceux qui pointent Au pied de la tour
3.
03:01
Technocentre je suis né, je suis fait dans un cadre inférieur je m’emploie à façonner mon image extérieure jamais las de chercher une considération majeure je travaille à provoquer une consécration supérieure tout excité de guetter la sortie à la bonne heure il est si grand enfermé dans son cadre supérieur mon dieu quelle joie au cœur de pouvoir rêvasser à un avenir en fleur après ma pause café « vous promettez beaucoup, ne soyez pas étonné, si j’ai quelque chose pour vous, alors tenez vous prêt ! » tout excité de guetter la sortie à la bonne heure il est si grand enfermé dans son cadre supérieur les raisons de la colère, ici, ne s’entendent pas des gribouillis dans les waters, des chiures de syndicats j’ai les deux pieds dans l’ascenseur les défenestrés forment un tas j’arrive à l’étage supérieur que vont-ils faire de moi ? moi qui était tout excité de guetter la sortie à la bonne heure j’étais si bien enfermé dans mon cadre supérieur plus lisse sera la crise tant les pendus sont dans les mœurs plus dure sera la chute quand les pendules seront à l’heure
4.
DANS MON CERCUEIL Déchirer avec élégance Le frêle hymen de l’existence, Circoncire avec précision Le vit de ma vie tout en long J’ai passé cette vie à attendre Que concourent les circonstances Qu’elles me convergent vers le seuil Et enfin seul sur le parvis Je voulais pas rater ma sortie C’est la première fois que je meurs Qu’est-ce que tu fais dans mon cercueil ? La vie violée au spéculum L’affût du fouet du chien à l’homme Des peaux cédées à l’andropause, Le chou fleuri en bouton rose La famille enfin réunie En bloc occultant le déni A peine fissurée par l’orgueil Vivez ma veillée douloureuse J’ai déjà payé les pleureuses Sur qui tombera le mauvais œil ? Vous passiez vos vies à attendre L’appel du maître qu’on assermente A vous déchiffrer mon recueil Epluchez-le bien feuille à feuille, Que se congestionnent vos visages « Où est ma part de l’héritage ? » Le vieil inverti s’est confit dans l’cliché d’artiste incompris Il a dilapidé sans cœur Toi mon fantôme dès l’adolescence Donne-toi donc une deuxième chance C’est la dernière fois que je meurs Qu’est-ce que tu fais dans cercueil ? M’aviez-vous vu enfiler des bas ? M’aviez-vous vu défiler en bas ? Sous l’immonde bannière bariolée Que j’ai brûlée quand j’en avais Cette différence n’a pas lieu d’être De la liberté sans queue ni tête De petite reine à vieille pédale On a tout eu mon animal Je te laisse mon flingue chargé d’écueils Qu’est-ce que tu fais dans mon cercueil ?
5.
ENTRE MES CUISSES Il est grand temps que tout s’affaisse Depuis le temps que tout m’épuise Depuis le temps que sur mes fesses Tu ne laisses traîner qu’un œil distrait Il est grand temps que tu t’affaisses Depuis le temps que tu t’épuises Depuis le temps qu’entre mes cuisses Tu ne laisses plus rien du tout traîner C’était ta première barricade C’est devenu le dernier rempart Alors je grignote un peu ta part Et je la remets dans ton cartable Pour qu’il t’en reste du désirable Si un soir tu ne rentres pas trop tard Mais ce fameux modèle caduque T’as fauché comme une lame de fond Vivons plus tard ! Te rends tu compte Qu’à penser ça tu t’exécutes En tuant net dans l’œuf la lutte Celle qui fait qu’on était fécond Tu ne vois pas que l’on vit notre vie à l’envers ? A l’endroit où défilent les aiguilles du cadran de verre Je t’attends… Des clichés lourds comme des briques, Je laisse un trou dans la façade. De ta parabole elliptique J’en fais un souvenir sans phare. C’était ta première barricade Les modérés laissent des remparts Il est grand temps que tout s’affaisse Depuis le temps que tout m’épuise Depuis le temps que sur mes fesses Tu ne laisses traîner qu’un œil distrait Il est grand temps que tu t’affaisses Depuis le temps que tu t’épuises Depuis le temps qu’entre mes cuisses Tu ne laisses plus rien du tout traîner
6.
LA BARBE DE FIDEL Avec mon frère philosophe Avec ma boîte à catastrophes On fabrique un clown en acier Et ça vous fait marrer Avec mon frère pyromane, ma panoplie de superman, on fabrique un dragon en cuir ça vous fait toujours rire mais c’était sans compter qu’on n’aime pas vos histoires qui se terminent toujours bien pour vous c’était sans compter qu’on aime pas vos histoires c'était sans compter sur nous Tes fils dans ta maison de campagne bricolent au fond de l’atelier où t’as jamais mis les pieds Affairé que tu es, pas le temps de s’ennuyer, ta secrétaire, des capotes, des dossiers Tes fils dans ta maison de campagne bricolent au fond de l’atelier où t’as jamais mis les pieds Affairé que tu es, pas le temps de s’ennuyer, ta secrétaire, des capotes, des dossiers Avec les poils du père noël Vous nous fabriquiez des reliques Avec la barbe de Fidel On fera une pierre philosophique Avec mon frère on fera fi De tout signe d’hérédité Avec mon frère on fera feu Des titres de propriété Ah, façonner ses enfants à son image Et penser sans compter sur nous c’était sans penser que l’on doit tuer le père c'était sans compter sur nous Tes fils dans ta maison de campagne bricolent, on voit des étincelles, tu ne sens pas le brûlé ? Affairé que tu es, pas le temps de s’ennuyer, ta secrétaire, des capotes, des dossiers Tes fils, sont partis en chantant, te laissant, maintenant c’est trop tard pour sortir du palais c’est si grand que vivant tu n’atteindras jamais les limites de ta propriété Le feu à la propriété
7.
02:52
México Avec les restes de ton repas, j’ai fait la cène avec ton chat J’ai fait le point, j’ai fait la gueule, j’ai fait tout ça Avec les restes de ton chat, j’ai fait l’essai de la tsantsa J’ai fait l’enfant, j’ai fait le mort, j’ai fait une croix sur toi Tout ce que l’on peut faire avec les restes Mais pour y croire il faut bien que l’un de nous reste Tu n’as qu’à voir ce qu’il leur reste Tu n’as qu’à voir où sont les pierres Et ce qu’il reste de México Avec les restes de ton histoire, personne pour la vendetta, Personne pour ébranler l’Etat, personne pour toi Avec les restes de tes réformes, fût fait un jeu de l’oie Avec les restes de tes lois, je fais un feu de joie Tout ce que l’on peut faire avec des restes Mais pour y croire il faut bien que l’un de nous reste Tu n’as qu’à voir ce qu’il leur reste Tu n’as qu’à voir où sont les pierres Et ce qu’il reste de México

credits

released October 8, 2016

Enregistré, masterisé par Yves De Roeck au Vegas Records Studio.
Labels: Vegas Recors, Les Disques de Géraldine, Kartier Libre Productions.

license

tags

about

Madame La Marquise Toulouse, France

contact / help

Contact Madame La Marquise

Streaming and
Download help

Report this album or account

If you like Madame La Marquise, you may also like: